La critique est vendue dans sa globalité.
Ajouter au panier Acheter des crédits

En achetant cet article, vous aurez accès à tous les articles "Critique" du numéro 173

Juifs et chrétiens dans Le Marchand de Venise

Philippe Raynaud

N° 173 Printemps 2021

Critique


Livre référencé : Allan Bloom, avec la collaboration de Harry V. Jaffa : La Pensée politique de Shakespeare. (Trad. de l'anglais, préface de Philippe Raynaud, Armand Colin, « La Lettre et l'idée », 2020, 192 pages.)

On se souvient qu’Allan Bloom appartenait au groupe qui fonda Commentaire. La traduction un peu tardive, du beau livre qu’il écrivit avec Harry V. Jaffa sur la pensée politique de Shakespeare satisfera d’abord le cercle à la fois large et choisi de ses admirateurs français qui ont pu découvrir sa pensée dans ses articles, puis avec la traduction française par Pierre Manent de L’Âme désarmée, pour se plonger ensuite avec bonheur dans les riches analyses, philosophiques, littéraires mais aussi politiques, de L’amour et l’amitié. Philippe Raynaud a donné à cette traduction une préface, dont nous extrayons ces pages consacrées au Marchand de Venise, avec l’aimable autorisation de l’éditeur.

COMMENTAIRE

Pour Allan Bloom Le Marchand de Venise traite principalement des relations entre « Chrétiens et Juifs » et il considère que la raison la plus profonde du conflit entre Shylock et Antonio réside dans le fait que, quelles que puissent être leurs faiblesses, ils représentent l'un et l'autre une incarnation...

Pour lire la suite, achetez l'article : Ajouter au panier Acheter des crédits