En achetant cet article, vous aurez accès à tous les articles "Enquête" du numéro 140

In memoriam Jean François-Poncet (1928-2012): L'apprentissage de l'amitié

Tristan Lecoq

N° 140 Hiver 2012

Article


Deux membres de nos comités, deux de nos fondateurs, deux de nos amis nous ont quittés : Georges Suffert et Jean François-Poncet. Ils avaient l'un et l'autre la passion de l'unité européenne. Georges Suffert a été un grand journaliste. Venu de la Résistance et de la gauche chrétienne, il collabora à Esprit, à Témoignage chrétien et, après son départ de L'Express, il fut un des fondateurs du Point. Combattant tenace pour les libertés, il fut aussi en 1958 un des initiateurs du Club Jean Moulin. Jean François-Poncet, jeune diplomate, fut, aux côtés de Maurice Faure et de Pierre Uri, l'un des artisans du traité de Rome. Pour ne pas renier ses convictions, il a, sous le gaullisme, quitté le Quai d'Orsay ; il appartenait lui aussi au Club Jean Moulin. Il est revenu à la politique en 1974 et devint ministre des Affaires étrangères de Valéry Giscard d'Estaing. Ni ses collègues du Sénat (jaloux de son talent et de ses compétences) ni les résultats des élections présidentielles de 1981 et de 1988, qui furent des défaites pour lui, ne lui ont hélas permis d'atteindre les plus hautes fonctions que justifiaient son intelligence, son courage, sa vision de l'avenir de la France et de l'Europe.Olivier Chevrillon, qui fut l'ami le plus proche de Suffert, lui rend hommage, comme rend hommage à Jean François-Poncet Tristan Lecoq, qui a été son proche collaborateur. L'un et l'autre témoignent pour tout Commentaire de l'admiration et de la gratitude que nous devons à ces deux amis dont les ombres ne quitteront pas nos rangs.

 

JEAN-CLAUDE CASANOVA

  Tristan LECOQ, Jean François-Poncet (1928-2012). L'apprentissage de l'amitié 11 février 1988. La campagne du premier tour de l'élection présidentielle dans ma ville, au Havre. Un amphithéâtre plein à ras bords, surtout d'é...

Pour lire la suite, achetez l'article