Huntington et le risque de la prophétie

Bruno Tertrais

N° 161 Printemps 2018

Article


« Le choc des civilisations », tel était le titre de l'article de Samuel Huntington et du débat à son propos que nous avons publiés dans notre numéro 66 à l'été 1994. Samuel Huntington (1927-2008), avant de disparaître – il était un des grands professeurs du département de Government de Harvard –, avait publié deux livres d'une grande importance et que l'on doit encore lire pour interpréter le monde actuel : l'un, en 1992, sur la troisième vague démocratique (The Third Wave : Democratization in the Twentieth Century) et l'autre, en 1996, après son article de 1994, sur le choc des civilisations (The Clash of Civilizations and the Remaking of World Order). Tout le monde se demande aujourd'hui si la démocratie n'est pas en reflux et si le choc des civilisations explique les tensions entre une partie du monde islamique et l'Occident. Huntington annonçait une « connexion islamo-confucéenne ». Personne n'a trouvé trace dans la réalité de cette étrange idée ; en revanche le 11-Septembre, l'Afghanistan, les guerres d'Irak, la Tchétchénie, la guerre de Libye, le conflit des sunnites et des chiites et bien d'autres événements montrent que les civilisations, les religions, l'histoire jouent un rôle à l'origine des violences, des tensions et des menaces dans le monde actuel, une place plus importante peut-être que l'économie et la puissance. Et même, quand on parle de la diversité des régimes politiques et que l'on veut expliquer les différences entre l'Amérique et l'Europe d'un côté (démocraties) et la Russie ou la Chine de l'autre (démocratures), entre l'Occident et tout l'Orient (Japon et quelques autres exclus), quand on parle des pays qui n'adoptent pas nos règles politiques, étant entendu que tout le monde appartient à l'ONU, souscrit à des valeurs universelles, et se veut ou se prétend démocratique (à sa façon), on invoque pour justifier et glorifier les différences : l'histoire, les traditions, les mœurs, les peuples, ce qui ne sont que des façons à peine dissimulées de dire : les civilisations. Aussi revenons sur la question, en la formulant abstraitement : quelles différences sont sources de menaces et comment vivre dans un monde que ni le commerce ni la démocratie n'ont encore unifié et pacifié, dans un monde dont on se demande s'il peut être unifié et pacifié ?C'est pourquoi nous avons sollicité Bruno Tertrais et Nicolas Baverez pour les deux articles qui suivent et qui renvoient au débat que nous avions organisé autour du célèbre article de Samuel Huntington, avec Daniel Bell, Alain Besançon, François Duchêne, André Fontaine, Pierre Hassner, William Pfaff, Giuseppe Sacco et Francis Fukuyama.

J.-C. C.

Il n'est pas courant que le nom d'un chercheur en science politique devienne connu sur toute la planète. À l'époque contemporaine, seuls Henry Kissinger, Zbigniew Brzezinski et Francis Fukuyama ont eu cet honneur. Mais c'est généralement pour que leur nom soit… honni. En écrivant son livre...

Pour lire la suite, achetez l'article