Ajouter au panier Acheter des crédits

George Eliot, romancière positiviste ?

Éric Sartori

N° 166 Été 2019

Article


Mona Ozouf vient de publier un livre important sur un des plus grands écrivains anglais du xixe siècle. La découverte bretonne et adolescente d'un livre débusqué d'une étagère où il s'était égaré, la graine semée en lande fertile par une professeure admirée, ce sont de très bonnes occasions pour que naisse une passion pour un auteur que l'on aura ensuite toujours plaisir à retrouver. Et c'est par un livre lumineux, instructif et à son tour passionnant que notre grande historienne autant qu'écrivaine française, nous fait partager sa découverte et son intérêt pour George Eliot. Cette auteure, que ses contemporains ont d'emblée placée au rang des plus grands victoriens – malgré sa condition de femme ! –, a été ensuite injustement oubliée hors d'Angleterre ; pourtant, son style, grâce à une ironie « d'une qualité particulière, jamais sarcastique, toujours corrigée par la pitié », a supporté bien mieux que d'autres le passage du temps et procure toujours de grands plaisirs de lecture. Un plaisir qui se grandira à la lecture du beau livre de Mona Ozouf : L'Autre George. À la rencontre de George Eliot (Gallimard, 2018, 256 pages).

É. S.

Cette rencontre de la romancière et intellectuelle George Eliot se prépare heureusement par la présentation brillante et astucieuse qu'en propose Mona Ozouf, reliant chacun de ses grands romans aux questions qu'elle posait : Le Moulin sur la Floss et l'emprise du passé, Middlemarch et les aménagements du présent...

Pour lire la suite, achetez l'article : Ajouter au panier Acheter des crédits