Français et juif

Raymond Aron

N° 145 Printemps 2014

Article


Le texte inédit de Raymond Aron (« Fin ou début de l'ère des nations ? ») publié dans notre précédent numéro (n˚ 144, p. 773-786) avait été écrit pendant l'été 1979. Il comportait une partie que nous avions détachée parce que nous souhaitions la publier séparément. Elle était d'un ton différent, comme nos lecteurs pourront en juger. Raymond Aron avait entrepris une analyse de la nation, et, en réfléchissant à ce qu'il éprouvait lui-même vis-à-vis de cet être collectif, il a esquissé une phénoménologie de ses propres sentiments, de ce qu'il ressentait comme Français et comme juif. Peu après avoir rédigé cet essai, il a renoncé au livre historique et philosophique auquel il songeait et il a décidé d'écrire ses Mémoires. Sans doute la partie personnelle et émouvante de cet écrit annonçait-elle cette décision.

J.-C. C.

Pourquoi la nation n'intéresse-t-elle guère les classiques de la sociologie ? Pourquoi les sociologues la laissent-ils aux politistes ? Pourquoi la classe tient-elle la première place dans l'appareil conceptuel des sociologues et la nation est-elle presque négligée ? Interrogations qui, en dernière analyse, portent sur ce...

Pour lire la suite, achetez l'article