Éternel tapie

Jean-François Revel

N° 142 Été 2013

Citation


Source: Jean-François Revel, L'Absolutisme inefficace ou contre le présidentialisme à la française, Plon


Selon un article du Nouvel Observateur (28 mai 1992), un entretien s'était déroulé le 12 juillet 1983 entre Bernard Tapie et trois journalistes de cet hebdomadaire. L'homme d'affaires venait d'être inculpé pour infraction à la législation sur le contrôle des changes, portant sur un transfert illicite, en Suisse, d'un million et demi de francs. La nouvelle avait fait le tour de Paris. Ce jour-là, M. Tapie reçut un coup de fil de Pierre Bérégovoy. Il brancha le haut-parleur. Les journalistes, « médusés », entendirent le ministre des Finances d'alors « s'excuser de n'avoir pu s'opposer à cette inculpation et promettre à son interlocuteur d'ordonner une enquête… sur les fuites qui ont permis la divulgation » de cette information ! Pourquoi avoir attendu sept ans pour révéler cette histoire ?

Notes:


[1] « Ce qui est bon pour l’Amérique est bon pour General Motors et vice-versa », déclarait en 1953 l’un des dirigeants de cette firme, appelé à devenir Secrétaire à la Défense dans l’Administration Eisenhower.
[2] Thomas H. Klier et James Rubenstein, « Detroit back from the brink ? Auto industry crisis and restructuring », 2008-11, Economic Perspectives, Federal Bank of Chicago, 2Q, 2012.
[3] Limitation des rémunérations des dirigeants, fermeture d’usines, licenciements, etc. De 2005 à 2008, GM avait déjà supprimé 111 000 emplois dans le monde, le tiers de ses effectifs.
[4] Programme de 700 milliards de dollars voté par le Congrès pour donner les moyens au Trésor d’acheter les actifs « toxiques » détenus par les banques, mais rapidement détourné de son objectif initial.
[5] Et aussi des syndicats canadiens.
[6] James Sherk et Todd Zywicki, « Auto bailout or UAW bailout ? », Backgrounder, 13 juin 2012. Les auteurs montrent aussi que l’UAW de Chrysler bénéficia d’un « cadeau » de 9,2 milliards.Comme le note le New York Times du 25 février 2012, l’UAW, qui depuis longtemps alimente les caisses du Parti démocrate, a « remercié » le Président Obama de sa générosité en mobilisant ses troupes en sa faveur lors de la campagne électorale de 2012.
[7] « Obama of General Motors outsourcer-in-chief », Forbes, 8 décembre 2012.
[8] Steven Rattner, « The liberation of General Motors », The New York Times, 19 décembre, 2012.
[9] Paul Roderick Gregory, « Fibbing with GM job creation statistics, Bill Clinton edition », Forbes, 6 septembre 2012.
[10] Investor’s Business Daily, « The true costs of the GM/UAW bailout », 8 août 2012.
[11] Curt Levey, « What the GM bailout really costs American taxpayers », Fox News, 18 mai 2012.
[12] The Denver Post, 4 avril 2010.
[13] Ed Whitacre, American Turnaround, Business Plus, 2013.
[14] Au cours des trois années suivant son introduction en bourse, les stocks des concessionnaires GM ont augmenté respectivement de 22 %, 16 % et 26 % malgré la politique de remises importantes qui avait également été celle de GM avant sa faillite.
[15] The Economist, 19 janvier 2013.
[16] The Detroit News, 13 janvier 2013.
[17] James Sherk et Todd Zywicki, art. cité.
[18] Christina C. Benson, « US auto industry bailouts : will protectionist potholes put a dent in trade and competitiveness ? », Competition Forum, vol. 7 (1), 2009.
L'Islam et son rapport au monde

L'Islam et ses attraits

Essai sur l'Islam et son rapport à la civilisation occidentale par Alain Besançon