Défense européenne

Le Conseil de décembre 2013

Benoît (d') Aboville

N° 145 Printemps 2014

Article


L'opinion française tend, assez naturellement, à juger de l'état de la coopération européenne en matière de défense en fonction du degré de soutien qu'elle attend de ses partenaires dans ses interventions en Afrique. La déception l'emporte donc jusqu'ici. Mais la problématique de la défense en Europe devient plus large à l'heure de la redéfinition des équilibres stratégiques globaux et des nouvelles priorités américaines en direction de l'Asie. Consacré largement aux questions de défense, pour la première fois depuis cinq ans, le Conseil européen des 19 et 20 décembre derniers a tracé une nouvelle feuille de route, pas toujours simple à décrypter...Sa mise en œuvre dépendra pour beaucoup du comportement de la nouvelle coalition allemande et de sa capacité à faire évoluer son opinion publique. Lors de la récente conférence annuelle de la Wehrkunde à Munich (31 janvier-2 février 2014), au cours de laquelle les représentants américains se sont efforcés de relativiser le désengagement des États-Unis en Europe face aux nouvelles priorités asiatiques, on a constaté un changement de ton du côté allemand. Pour le Président fédéral Joachim Glauck : « L'Allemagne n'est pas une île. Agir mais aussi s'abstenir d'agir, c'est assumer une responsabilité. [...] Elle a agi efficacement vis-à-vis de l'euro. Il faut maintenant nous engager aussi dans d'autres domaines. » Même message de la part du nouveau ministre des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier : « L'Allemagne est trop importante pour demeurer sur la ligne de touche vis-à-vis des problèmes du monde. La force militaire n'est plus l'ultima ratio qu'elle constituait autrefois, mais elle peut être utilisée avec discernement. » Tandis que du côté britannique l'évolution du contexte intérieur et les échéances électorales de 2015 entraînent un nouveau durcissement de la rhétorique anti-européenne, la coopération franco-allemande se révélera donc décisive pour une relance de la coopération européenne en matière de défense.

B. d' A.

Depuis 2008, l'Union européenne, aux prises avec la crise économique et financière, avait relégué les questions de défense au nombre des sujets non prioritaires : aucun Conseil européen ne jugeait utile de les inscrire à leur ordre du jour. La décision de consacrer le Conseil européen des 19 et 20...

Pour lire la suite, achetez l'article