De Gaulle et Bourguiba, un malentendu permanent

Maurice Vaïsse

N° 165 Printemps 2019

Article


Mohammed Masmoudi, qui joua un grand rôle auprès de Bourguiba, a dit, lors de son intervention au colloque De Gaulle en son siècle (tome 6, La Documentation française, 1992, p. 236), qu'entre de Gaulle et Bourguiba, de 1958 à 1969, ce fut « un malentendu permanent ». C'est ce malentendu que l'article qui suit tente d'éclairer et d'expliquer. Malentendu qu'il faut d'autant plus expliquer qu'en recevant, en 1958, l'ambassadeur Masmoudi à Colombey, le général de Gaulle lui avait declaré : « Vous savez, Monsieur l'ambassadeur, qu'entre vous et nous, c'est d'abord, c'est toujours la géographie ; on s'accorde puis on se désaccorde, on se raccorde à nouveau… et nous restons liés parce que la loi de la géographie le veut et que nul ne saurait résister à la géographie. Alors, quoi qu'il arrive, n'insultons pas l'avenir. »

COMMENTAIRE

Le 2 juin 1958, le lendemain de son investiture par l'Assemblée nationale, de Gaulle écrit au Président Bourguiba pour lui dire « son intention de régler […] les difficultés actuelles entre nos deux pays et les conditions de leurs bons rapports pour l'avenir1 ». Il s'agit en effet de régler...

Pour lire la suite, achetez l'article