Crises espagnoles

Benoît Pellistrandi

N° 140 Hiver 2012

Article


L'intensité de la crise économique et sociale espagnole ne peut plus être lue comme liée au seul approfondissement de la crise bancaire ainsi qu'aux difficultés de financement des administrations publiques. Elle révèle des réalités structurelles politiques, sociales, culturelles dans un contexte qu'il faut se risquer à penser comme étant la fin d'un cycle : celui inauguré par la transition démocratique entre 1976 et 1978. Dès lors, le risque est grand de voir la crise entraîner avec elle des acquis essentiels qui avaient fait de la société espagnole une société apaisée. L'exemple espagnol ne manque pas de nous alerter ainsi sur la puissance des crises européennes.

B. P.

En un peu moins de cinq ans, l'Espagne a cessé d'être un modèle pour devenir l'une des nations gravement malades de l'Union européenne. Depuis un an, les Espagnols, après avoir assisté impuissants, puis résignés, à la hausse spectaculaire du chômage, se sont habitués à suivre l...

Pour lire la suite, achetez l'article