Ajouter au panier Acheter des crédits

Comment corriger la mondialisation…

Lawrence H. Summers

N° 173 Printemps 2021

Article


The American Interest, revue que dirigent nos amis Charles Davidson et Francis Fukuyama, a hélas interrompu sa publication. Nous espérons qu'elle reprendra. Elle publiait régulièrement de très intéressantes interviews (nommées TAI Conversations) avec d'éminentes personnalités intellectuelles et politiques nord-américaines. Nous avons pensé que cette conversation avec Lawrence H. Summers pouvait intéresser nos lecteurs. Nos confrères ont bien voulu nous autoriser à la publier et à la traduire, nous les en remercions vivement. Elle vient avec une nouvelle administration à Washington qui sera plus réfléchie que la précédente. Elle aborde des questions qui concernent autant les États-Unis que l'Europe : la mondialisation (le sous-titre anglais est explicite : « La mondialisation… pour Detroit et non pour Davos »), les relations, le découplage avec la Chine, la réforme du capitalisme et les conséquences de la pandémie sur les politiques économiques.Rappelons que Lawrence H. Summers est professeur à Harvard où il occupe la chaire Charles W. Eliot, qu'il a été le président de cette université et le 71e Secrétaire au Trésor sous le président Clinton. Il a aussi dirigé le National Economic Council sous la présidence Obama. Ses interlocuteurs sont Irwin Stelzer, correspondant à Washington du Sunday Times de Londres, contributeur régulier de The American Interest, directeur des études de politique économique du Hudson Institute, et Jeffrey Gedmin, rédacteur en chef de The American Interest.

COMMENTAIRE

La Chine Irwin Stelzer et Jeffrey Gedmin pour TAI : Commençons par la Chine. Le débat sur le « découplage » émerge clairement : devrions-nous nous désengager économiquement de la Chine et diversifier nos chaînes...

Pour lire la suite, achetez l'article : Ajouter au panier Acheter des crédits