La chronique est vendue dans sa globalité.

En achetant cet article, vous aurez accès à tous les articles "Chroniques" du numéro 131

Cocteau à Milly-la-Forêt ou l'âme du poète

Christine Sourgins

N° 131 Automne 2010

Chroniques


« Le difficile n’est pas de durer, c’est de disparaître et de réapparaître un jour, comme
lavé par ce bain d’ombre de la disparition » (Jean Cocteau, Le Passé défini, tome V :
1956-1957, Gallimard, p. 774). Le 24 juin dernier, la maison mythique de Cocteau à
Milly-la-Forêt a rouvert ses portes. Le poète y est-il réapparu conformément à la
« phénixologie » dont il avait le secret ?

Ch. S.

La demeure du bailli (1), avec sa façade à tourelles de style Louis XIII, fut acquise en 1947 après le succès du film La Belle et la Bête ; Cocteau y mourut en 1963 et repose tout près, dans la...

Pour lire la suite, achetez l'article