Ajouter au panier Acheter des crédits

Climat et politique

Bruno Durieux

N° 175 Automne 2021

Article


La question du climat semble tranchée. La Terre se réchauffe sous l'effet des émissions de gaz à effet de serre d'origine humaine et le climat change, se dérègle. Les conséquences écologiques, économiques, sociales et humaines en seront catastrophiques, si rien n'est fait pour réduire les émissions anthropiques. L'« urgence climatique » impose donc de renoncer au plus vite aux énergies fossiles et de réduire les activités humaines qui en sont responsables. L'impératif d'une « neutralité carbone » en 2050 est une exigence morale vis-à-vis des générations futures. Des politiques d'adaptation sont à engager à brefs délais, tant la situation est périlleuse, et ceci pour des décennies en raison, nous dit-on, de l'incrustation à long terme du CO2 anthropique dans l'atmosphère. Les pays riches, principaux responsables de la crise climatique, auront à opérer des transferts massifs de ressources et de technologies vers les pays pauvres, victimes climatiques de la prospérité des premiers. De conjecture scientifiquement étayée, le réchauffement climatique anthropique est désormais un fait politiquement établi.

 

B. D.

Conjecture scientifique, fait politique Le consensus climatique est mondial1. Il inclut une large majorité de scientifiques, le spectre complet des opinions politiques de l'extrême gauche anarchisante à la droite conservatrice, la plupart des médias dont d'importants médias anglo-saxons libé...

Pour lire la suite, achetez l'article : Ajouter au panier Acheter des crédits