Cinq propositions pour le ministère de la Culture

Guillaume Cerutti

N° 135 Automne 2011

Article


À l'occasion des festivals de l'été dernier et dans la perspective de la prochaine élection présidentielle, la politique culturelle a fait l'objet de multiples et intéressantes prises de position, comme elle n'en avait plus suscitées depuis longtemps. Pour enrichir le débat, il paraît utile de se pencher sur la situation actuelle du ministère de la Culture et d'explorer les pistes qui pourraient permettre une relance de la politique culturelle au cours des prochaines années : extension de son champ de compétences à l'action extérieure et aux industries culturelles ; recentrage du ministère sur son rôle d'impulsion stratégique ; réactivation de la décentralisation culturelle ; recherche de nouvelles sources de financement. Ces thèmes, trop longtemps occultés, s'imposeront comme un passage obligé pour le prochain ministre de la Culture et de la Communication.

G. C.

La politique culturelle occupe en France une place ancienne et éminente, souvent vue de l'étranger comme un modèle ou comme un sujet de curiosité1. Elle est servie, depuis 1959, par un ministère chargé des Affaires culturelles auquel André Malraux assigna trois missions principales : « rendre accessibles les œuvres capitales de...

Pour lire la suite, achetez l'article