La chronique est vendue dans sa globalité.
Ajouter au panier Acheter des crédits

En achetant cet article, vous aurez accès à tous les articles "Chroniques" du numéro 146

Beaubourg et la mondialisation

Pauline (de) LABOULAYE

N° 146 Été 2014

Chroniques


La mondialisation rebat les cartes de l’histoire de l’art moderne et lance un défi aux musées occidentaux soumis à la concurrence des pays émergents. Le nouvel accrochage de la collection permanente du Musée national d’art moderne (MNAM) Modernités plurielles 1905-1970, visible au 5e étage du Centre Pompidou jusqu’en janvier 2015, tente de répondre à ce défi. Il nous a paru, à cette occasion, intéressant pour les lecteurs de Commentaire, d’interroger Catherine Grenier, commissaire de cette exposition, sur ses raisons.

P. de L.

Lorsque le visiteur parcourt une exposition, il espère découvrir des œuvres et des artistes qu'il ne connaît pas. En revanche, quand il visite la collection permanente d'un grand musée d'art occidental, il s'attend à reconnaître des artistes et des mouvements qui jalonnent l'histoire de l...

Pour lire la suite, achetez l'article : Ajouter au panier Acheter des crédits