Au cinéma : Marriage Story

Abus de confiance, abus de pouvoir

Gérard Karsenty

N° 169 Printemps 2020

Article


Voir un film c'est entrer dans une relation à la fois intellectuelle et émotionnelle d'un type bien particulier. Cette relation inhabituelle s'établit entre deux personnes qui ne se connaissent pas et ne se connaîtront probablement jamais : le spectateur et l'auteur. Et pourtant chacune de ces personnes a un réel besoin de l'autre. L'un pour justifier sa quête artistique, l'autre pour l'aider à comprendre sa propre vie. Pour que cette relation soit satisfaisante voire enrichissante pour lui, le spectateur doit faire confiance à l'auteur du film à plusieurs niveaux. D'abord, et comme un préalable, le spectateur doit croire ou savoir que l'auteur du film maîtrise parfaitement son art, comme un artisan connaît toutes les facettes de son métier. En d'autres termes, cet auteur doit savoir choisir une histoire et savoir la raconter. Au cinéma cela veut dire avoir les meilleurs acteurs possible pour les rôles, une musique belle mais discrète, un grand directeur de la photographie et un excellent montage. En plus d'être un auteur, Noah Baumbach est un vrai professionnel et son dernier film, Marriage Story, a tous ces ingrédients. Ensuite, comme dans toute relation artistique, le ou les thèmes abordés, les situations de la vie évoquées par l'auteur doivent être suffisamment universels pour permettre qu'une connexion intellectuelle et émotionnelle s'établisse entre l'auteur et le spectateur. Pour que cette connexion presque intime s'établisse entre ces deux inconnus, il faut que le spectateur croie en l'honnêteté de l'auteur. C'est là ou le bât blesse pour Marriage Story.

G. K.

Le filmJe ne veux pas faire ce que je reproche à Noah Baumbach d'avoir fait. Je dois donc dire dès à présent que j'ai d'abord aimé Marriage Story avant d'en être scandalisé. C'est un détail mais qui je crois n'est pas sans signification. Marriage...

Pour lire la suite, achetez l'article